On aime (libre de pub)

Images Aléatoires

  • curiosa-42
  • bel-image-passe-260
  • ble-im-52
  • curiosa-158
  • bel-image-passe-359
  • GC-2

sexwecan.jpg

 

Pour le compte du magazine de charme Hot Video, l'Ifop a cherche a sortir des sentiers battus en se penchant sur un objet d'etude original : le lien entre le libéralisme sexuel et les opinions politiques. Car si on commence enfin a mesurer l'influence de l'orientation sexuelle sur les comportements électoraux [1], rares sont les données permettant d’évaluer les effets politiques des comportements en matière de mœurs, de morale sexuelle et familiale. Afin de mieux cerner ce lien entre la sexualité - qui relève de l’intimité et de la sphère privée - et des orientations politiques ayant trait aux affaires publiques, l'Ifop a mené la première enquête permettant d’étudier a la fois le comportement électoral des Français et leur activité et bien-être sur le plan sexuel. Riche en surprises et en enseignements, cette étude révèle notamment que plus les Français partagent des positions progressistes ou radicales sur le plan politique, plus ils s’écartent des normes sociales en matière de sexualité.

 

Les principaux enseignements :

 

1. La frustration sexuelle se traduit par une plus grande disposition au vote protestataire

 

Un des principaux enseignements de l’enquête est l’étroite corrélation entre le sentiment d'insatisfaction a l’égard de sa vie sexuelle et l'expression d'un vote protestataire traduisant un mécontentement plus large à l’égard du système politique et des partis dominants.

  • En effet, ce sentiment d'insatisfaction sexuelle est plus important chez les Français votant pour des candidats soutenus par des partis contestataires à vocation tribunitienne - tels que le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon (35%) - ou totalement « hors système » comme le Front national (31%) et les partis d’extrême gauche (NPA, Lutte Ouvrière).
  • Les indicateurs de participation électorale font également entrevoir un lien entre ce sentiment d'insatisfaction et les formes de rejet de la politique que sont la non-inscription sur les listes électorales - 71% des inscrits se disant satisfaits sur le plan sexuel, contre 63% des non-inscrits - ou l'intention de s'abstenir au prochain scrutin : le niveau de satisfaction étant plus faible chez les abstentionnistes (67%) et ceux ayant peu de chances d'aller voter (62%).

2. Les électeurs de droite et du centre tendent a avoir une vie sexuelle plus stable et moins intense que le reste des Français

 

Le second enseignement de l’enquête est l’écart qui sépare les sympathisants de droite et du centre du reste de la population en ce qui concerne le nombre de partenaires et la frequence des rapports sexuels.

  • Plus aises, plus diplômés et surtout beaucoup plus âgés et plus pratiquants que la moyenne des Français, les électeurs de droite modérée tendent plus que les autres à vivre en couple et ceci dans un cadre conjugal classique. Cela se traduit par une vie sexuelle plus stable que la moyenne si l'on en juge le nombre de partenaires qu'ils déclarent avoir eu durant leur vie : 7 en moyenne, contre 9 chez les sympathisants de gauche et 10 chez les sympathisants d’extrême droite.
  • La fréquence des ébats amoureux diminuant avec la longévité du couple et l’intensité de la pratique religieuse, l’activité sexuelle est naturellement moins intense au sein d'un électorat de droite plus âgé et plus pieux que la moyenne. En effet, le nombre moyen de rapports mesure chez les électeurs de Nicolas Sarkozy (6,7 par mois) et de Francois Bayrou (5,9 par mois) est sensiblement plus faible que celui observe chez les électeurs de la gauche parlementaire (7,6 par mois), de l’extrême gauche (7,7 par mois) et surtout de l’extrême droite (8,0 par mois).

3. Le répertoire des pratiques sexuelles est plus large et diversifie chez les Français exprimant un positionnement radical ou progressiste sur le plan politique.

 

Le troisième enseignement est l'observation d'une vie sexuelle plus diversifiée dans les rangs des personnes se reconnaissant dans des partis défendant un certain libéralisme culturel et/ou situeé en marge du système politique.

 

  • Cette vision transparait aussi bien dans l’expérimentation de caresses manuelles (masturbation) ou mécaniques (sex toys) que dans celles de caresses bucco-génitales (fellation, cunnilingus). La fellation est ainsi une pratique plus répandue chez les femmes de gauche (81% déclarent l'avoir déjà pratiqué) que chez des sympathisantes de droite parlementaire (69%) qui appartiennent plus souvent, il faut le rappeler, a des générations où ce geste était proscrit ou associé aux services offerts par les prostituées.
  • L'expérience de la sexualité anale est également plus fréquente chez les sympathisants de gauche qui sont 48% à déclarer avoir déjà pratiqué la sodomie, contre 43% des sympathisants de l'UMP ou du Modem. On observe également un écart dans la pratique de la sodomie entre les électeurs des partis de gouvernement (45%) et ceux des formations protestataires (55%), comme si la contestation du système politique dominant allait de pair avec une plus grande transgression des codes traditionnels de la sexualité.
  • Les sympathisants de gauche se distinguent enfin par une plus grande expérimentation des comportements sexuels sortant du cadre conjugal classique, qu'il s'agisse de formes de comportement extra-conjugal codifie (comme l’échangisme) ou non codifie (comme l’infidélité au sens strict). L’échangisme est d'ailleurs deux fois plus répandue que la moyenne chez les personnes se situant a la gauche de la gauche (10% chez les sympathisants d’extrême gauche, 9% chez les sympathisants du Front de gauche), comme si leurs principes sur les questions de possession et de propriété pouvaient favoriser l’échange de partenaires sexuels.

 

[1] Voir l’enquête de l'Ifop pour le CEVIPOF publiée le 18 janv. 2012 sur le vote des gays, des bis et des lesbiennes.

 

Fiche technique : Enquête réalisée par l'Ifop pour le magazine Hot Video auprès d'un échantillon de 1 411 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, age, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Afin d'accroitre la fiabilité des résultats, l'IFOP a posé ces questions dans une enquête dont la taille de l’échantillon et le mode de recueil réduisent fortement la marge d'erreur et les risques de sous-declaration inhérents au caractère intime et sensible du sujet aborde.

Par Libertin Libertaire - Ecrire un commentaire
Samedi 31 mars 6 31 /03 /Mars 10:42

Communauté : meet swinger - rencontre échangiste - Publié dans : Sexe et politique - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • : ADULTE-ERE
  • ADULTE-ERE
  • : amateur divers couple
  • : Cabinet de curiosités autour de l'érotisme, du libertinage et des sexualités alternatives. Amateur de tout ce qui touche le sexe, l'érotisme, la pornographie, le libertinage autant dans le virtuel que dans le réel. A renconter :-)
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • : 21/07/2005

Calendrier

Août 2017
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      
<< < > >>

Les synthèses


L'armoire
(Une invivation à poster vos contributions sorties de votre armoire secrète)

L'Enfer
(Partagez votre bibliothèque sans risque de voir vos livres disparaître)

Recherche

W3C

  • Flux RSS des articles
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés